aefo

vendredi 28 mars 2014

PRAGUE : LA VIGNE DE SAINT VENCESLAS

En sortant de la visite du monument le plus visité de Prague – le Château – les  touristes  tombent sur une  vigne cultivée, qui, selon la légende, est l’une des plus anciennes de République tchèque. 

Si sa culture a été longtemps abandonnée elle a été remise en production en 2008 par son propriétaire Jaroslav Hykl. Le raisin de la vigne de saint Venceslas, du nom de son fondateur, est donc de nouveau vinifié et les premières vendanges ont été réalisées pour la première fois en 2011. 

Mais son rôle ne se limite pas à la production, son attrait œnotouristique est indéniable….Cet exemple pourrait servir à de nombreuses villes qui possèdent une vigne dans leur patrimoine et qui n'en tirent pas tous les bénéfices....
Marc OLIVIER.

Une tradition viticole
Fondée dès le Xe siècle par celui qui allait devenir le patron de la nation tchèque, la vigne de Saint Venceslas servait d’abord à la production de vin de messe pour les églises chrétiennes de Prague et de ses environs.
Elle est aujourd’hui la plus vieille vigne de Bohême, et, bien que très petite, elle représente prés de 2000 ans de tradition viticole. C’est en effet dans les années 276-282 après J.-C., sous le règne de l’empereur romain Marcus Aurelius Probus que la culture de la vigne se développe en Moravie.
Des archéologues ont trouvé sur le site de Pálava des outils pour la viticulture appartenant à des légionnaires romains qui cultivaient la vigne dans cette région il y a 17 siècles !

Rôle de la Vigne de Saint Venceslas
La Vigne remplit plusieurs rôles parfaitement mis en valeur par ses concepteurs et nouveaux propriétaires.

Un rôle tout d’abord historique vu son origine et esthétique car elle est située sur un coteau d’où l’on a une vue imprenable sur la vieille ville de Prague, la  Vltava et  tous ses ponts. C’est le bonheur absolu pour les photographes et les peintres.

Ensuite un rôle œnotouristique important. En effet au cœur de la vigne se trouve une belle villa, la Villa Richter construite vers 1830 (et qui a connu bien des propriétaires illustres – du réalisateur Otakar Vavra à l’ambassade de Cuba en passant par le STB, la police secrète du régime communiste). Elle  abrite maintenant trois restaurants  dans un même lieu : Piano Nobile (cuisine gastronomique- créative), Piano Terra (cuisine tchèque traditionnelle) et aussi la Panorama Pergola (bistrot à vins) où il est possible de déguster, face au merveilleux décor, les meilleurs vins du Pays.

La vigne est complantée en deux cépages principalement un blanc et un rouge : le riesling du Rhin et le pinot noir. Ce sont en quelque sorte les deux symboles qui représentent  la viticulture du Pays. Le pinot noir  en  hommage à l’empereur Charles IV, lui qui a ramené ce cépage de France en Bohême au XIVe siècle.  Et le  riesling, car  c’est un cépage qui s’adapte bien tant aux conditions géologiques qu’atmosphériques. Le Château de Prague  est en effet  construit sur du schiste, et le riesling est un cépage idéal pour des régions septentrionales.  Enfin, le long du chemin panoramique, qui redescend vers la ville  sont également cultivés un pied de vigne de chacun des trente-cinq cépages dont la culture est autorisée en République tchèque pour la production de vin. Ils ont pour nom pour les plus connus Veltelin, Müller Thurgau, Riesling du Rhin      Sauvignon blanc, Riesling d’Italie, Pinot blanc, Traminer,  Muscat de Moravie, Chardonnay, Pinot gris pour les blancs et Saint- Laurent,  Pinot noir, Zweigeltrebe, Cabernet sauvignon, Limberger, Merlot, Portugais bleu pour les rouges. C’est le dernier rôle de la vigne , un rôle pédagogique.    
  
Le Vin de la Vigne de Saint Venceslas
 
La première vendange de la vigne a eu lieu en 2011. Les conditions climatiques ayant été favorables elles ont permis un premier vin prometteur. Mais si elle est l’une des plus anciennes du pays, la vigne de saint Venceslas, avec ses 2.100 pieds, est aussi l’une des plus petites.  Ses propriétaires ont décidé de se baser symboliquement sur le calendrier pour le nombre de bouteilles.  La première vendange a donc produit 2011 bouteilles en référence au millésime. Et 2012 l’année suivante, et ainsi de suite.  Et malgré sa rareté qui fera sa particularité, c’est promis, le président de la République, qui siège au Château de Prague, ne sera pas le seul consommateur du vin de saint Venceslas.
Avis donc aux amateurs de passage à Prague…


La viticulture en République Tchèque
La République tchèque compte 2 régions de viticulture avec au total 6 sous-régions. Une région en Bohême avec les deux sous-régions de Mĕlnik et Litomĕrice (env. 4%)  et la région de Moravie avec les quatre sous-régions de Znojmo, Mikulov, Velké Pavlovice et de la Slovaquie morave (env. 96%)  soit au total 311 communes viticoles et 20.220 cultivateurs (env. 0,9 ha/cultivateur !). La plus grande commune viticole est Velké Bílovice et compte 1062 viticulteurs  pour 803 ha de vigne!
Un peu moins de 16 000 hectares de vignes sont cultivés dans le pays (contre 30.000 hectares au Moyen-âge). La production de vin atteint actuellement 580.000 hectolitres (31 hecto/ha) et pourrait atteindre env. 750.000 hectolitres.

2012 n’a pas été une année particulièrement bonne pour les viticulteurs tchèques. Ceux-ci ont en effet récolté un total de 59 900 tonnes de raisin, soit 30 % de moins qu’en 2011, qui avait été cependant une année favorable avec une production de 670.000 hectolitres de vin  produits, soit environ un tiers de la consommation annuelle en République tchèque (source Ubifrance).

La consommation de vin en  République Tchèque se situe à environ 23 l/pers. ! (Les tchèques boivent surtout de la bière !). La République tchèque exporte une petite quantité de vin en Slovaquie, Russie, France, Allemagne et Espagne et importe du vin de l’étranger en nettement plus grande quantité !

lundi 21 octobre 2013

SAUMUR AGGLO LAURÉATE POUR SA PROMOTION DU VIN


SAUMUR Agglo est lauréate du prix René Renou 2013 pour son action importante et continue en faveur de la culture du vin et ce, notamment, pour deux manifestations qu'elle soutient depuis toujours : les Grandes Tablées du Saumur- Champigny depuis 13 ans et Festivini depuis 4 ans.
Le Prix René Renou récompense la collectivité « ayant le mieux œuvré, au cours de l’année écoulée pour la défense et la promotion du patrimoine culturel lié à la viticulture   »*.



Festivini 

C’est le festival du vin pendant 8 jours en septembre. Un événement tous les jours , sur tous les sujets , gastronomie, culture ( cinéma, photo), sport, bien-être, dégustation et débats. « Vins, saveurs et bonne humeur » est le slogan de la manifestation

Les Grandes Tablées

Depuis 13 ans les vignerons ont décidé de partager leur amour des produits du terroir. Le concept : Une table monumentale, l’organisation d’un repas assis et partagé à un prix accessible pour chacun, avec les vins du terroir (2 jours en juillet/ août) . Depuis les petites et grandes Tablées se sont multipliés dans les rues des villes et villages de France . C’est la première manifestation à avoir reçu, en septembre dernier, le label « Grande Tablée » attribué par le ministre de l’Agriculture.

Mardi 15 octobre 2013, Marc Olivier, Président de l'AEFO et Directeur honoraire de l’association nationale des Elus du vin, a proclamé avec Anne Meglioli, secrétaire générale de la FIJEV, lors de la soirée de gala du Viteff chez Besserat de Bellefon le lauréat 2013 du Prix René Renou (photo)

samedi 12 octobre 2013

L'AEFO en Arménie

Octobre 2013 - Dans le cadre des programmes de coopération entre la Région Rhône-Alpes et l'Arménie, André Deyrieux, chargé de mission à l'AEFO a participé, avec l'Université du Vin de Suze-la-Rousse, dont il est l'un des enseignants, à un voyage de réflexion à Erevan.


Il s'agissait notamment d'étudier les possibilités de mise en oeuvre d'une politique nationale de développement de l'oenotourisme, notamment dans les régions d'Ararat (où rappellons-le, Noé planta la première vigne) et du Vayotz Dzor autour d'Areni.

Des paysages magnifiques, des ressources ampélographiques originales, des héritages considérables dévoilés récemment par l'archéologie (le plus vieux centre de vinification du monde découvert à Areni remonte à plus de 6.000 ans), et des initiatives dynamiques pour retrouver la glorieuse histoire viticole arménienne sont quelques uns des atouts de ce pays en matière de tourisme vitivinicole.

Les actions publiques ne devraient pas tarder ! L’autre berceau de la vigne, la Géorgie, se montre en ce domaine plus que combatif...

A lire : Arménie, l'oenotourisme sur la Route de la Soie
http://www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/1634_armenie_l_oenotourisme_sur_la_route_de_la_soie.htm 





samedi 13 juillet 2013

2013-2014 L’AEFO, plus que jamais aux côtés de l’oenotourisme



L’AEFO, Association Européenne de Formation à l’Oenotourisme propose aux territoires en phase de réflexion et de développement oenotouristique les prestations suivantes :

- Formations ou Conférences ou Formations de sensibilisation courtes (2 h ou une journée) sur les thèmes suivants :
- Construire son projet oenotouristique
- Réussir les 4 dimensions de l'oenotourisme : paysage, patrimoine, saveurs, nature
- Innover en matière d'oenotourisme
- Créer un story-telling de l'oenotourisme et du terroir
- Mettre en oeuvre une lecture des paysages viticoles
- Développer les relations avec la presse
- Utiliser le web, les applications smartphones, les réseaux sociaux

- Dynamisation de territoires, éductours et rencontres interprofessionnelles

- Accompagnement à la labellisation Vignobles et Découvertes, ou démarche Villages (INAO)

- Accompagnement des projets des acteurs privés
- Mission courte Audit-Diagnostic-Conseil (ADC), pour mesurer et augmenter la performance oenotouristique de son domaine grâce à 50 points de contrôle
- Mission Coaching, Conseil, Accompagnement (CCA) des projets œnotouristiques, pour se faire accompagner et réussir son projet oenotouristique de l’analyse stratégique à l’accueil des premiers clients
- Mission Story-Telling (ST), pour mettre en récit son territoire, son circuit de visite, son domaine afin de développer ses recettes oenotouristiques

- Prestations diverses

Création d’événements d’animation et de mobilisation à l’oenotourisme, organisation et animation de colloques, assises…


mardi 18 juin 2013

L'oenotourisme à l'heure de l'originalité

Encore émergent par certains aspects, toujours « de niche », le secteur du tourisme vigneron connaît en France une expansion formidable du côté de l’offre de prestations et d'événements oenotouristiques.
D’où une concurrence qui commence à se faire sentir entre domaines ou caves, mais aussi entre destinations, entre événements, entre appellations, entre pays…

La question du positionnement concurrentiel des offres oenotouristiques se pose désormais.

Comment se distinguer de la commune voisine (et ne pas faire la même balade gourmande dans les vignes) ? Comment offrir au visiteur autre chose que la simple visite du chai avec dégustation, ou des portes ouvertes différentes de celles du domaine voisin ? Comment ne pas organiser la même fête du vin que l’AOP limitrophe ? Comment concevoir un sentier vigneron nouveau ?

Un  squelette de mammouth

Ne pas faire la même chose, être visible, attirer l’attention des journalistes, des agences réceptives, ou des tour operators, bref être original, devient un impératif.

Lire la suite...
sur le magazine de l'oenotourisme en France Winetourisminfrance.com